dimanche 3 août 2014

L'été grenadine (un début)


Rentrer de Biarritz dans la nuit.
Dans la voiture, Daydreaming de Dark Dark Dark (est-ce une chanson de fille face B ? La question reste entière) mais aussi des bagels au saumon avec beaucoup de roquette, de l'eau qui pique, un gâteau basque qui fait des miettes partout, des chips onion and cream qu'on ne grignoterait jamais dans la vie normale mais là, si.
Les rouleaux de foin, les éoliennes, l'architecture des nuages, la texture de la lune, parfois les pluies d'été.
Parler de Quand passent les cigognes.
Les mauvais souvenirs et les très très bons (les promenades nocturnes et le bruit de l'océan, les mojitos et le champagne avec les délicieux tapas du CDFG*, les dîners sur les nappes à carreaux rouges chez Pilou, les longs moments au Festin Nu et les discussions timides avec les libraires -que dire quand on vous dit "Alors vous êtes fan de Rohmer ? "...)
A l'arrivée, la boîte aux lettres qui s'ouvre sur une avalanche de courriers, et entre deux revues dans leur emballage plastique qui crisse, une carte qui vient de loin, avec une machine à écrire dessus et des mots qui font chaud dedans, dedans.
Vérifier que les plantes se portent bien (ce fut le cas).
Le délice de dormir dans son propre lit, ses propres draps, quand on en a été tenu éloigné un certain temps.
Le lendemain, enfiler des vieux vêtements qui rappellent d'autres époques (l'internat, les nuits de garde) et faire plein de lessives parce qu'il faut refaire la valise et qu'on n'aura même pas le temps d'aller voir Boyhood : demain, très tôt, un autre voyage commence !

*le Comptoir du Foie Gras, 1 rue du Centre, est l'endroit idéal pour prendre le pouls de la ville en début de soirée. Tout y est appétissant et réjouissant (surtout les tout petits sandwiches au magret fumé et à la confiture d'oignon et la tortilla, épaisse comme un oreiller). 
Et puis:
Chez Pilou, 3 rue Larralde, où l'on mange avec appétit des croquettes de poulet, de la hure de cochon avec plein d'herbes fraîches, des échalotes et des cornichons, du poisson cuit au cordeau et une exquise crème caramel.
Le Festin nu, 2 rue Jean Bart, une librairie qui ne fait pas semblant d'être une librairie.
Mais encore:
BB Wok, 65 avenue de Verdun, un endroit tranquille et souriant, avec plein de gingembre frais, de citronnelle, de basilic et de piment dans les assiettes colorées.
Le Milwaukee Café, 2 rue du Helder, pour son jus Green Detox revivifiant, son cheesecake tout simple et son pulled pork sandwich (qui serait encore meilleur avec du coleslaw dedans mais bon...)

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Libellés : ,

17 Comments:

Blogger patoumi said...

G. vient de lire ce billet et s'est exclamé " Mais Daydreaming est une chanson typiquement face A !"
J'ai compris que j'aggravais mon cas.

3 août 2014 22:50  
Blogger Tin of tea said...

Ce melting pot de périple me semble parfait. Ce sera un été à rêvasser depuis mon canapé, alors je viendrai relire pour que les fenêtres aient l'air d'être un peu plus grande ouvertes…
Bonne suite!

3 août 2014 22:53  
Anonymous Florence said...

A peine le temps de vous dire, entre votre retour et votre départ, que j'ai acheté Les Cahiers pour la première fois. Peut être à bientôt à Rennes.
Bises, et bonnes nouvelles vacances.

3 août 2014 23:47  
Blogger Eve Away said...

Oh ! Je me demandais justement ce matin si elle était bien arrivée (mes courriers ont une très fâcheuse tendance à se perdre ces temps-ci..) (je suis tellement contente que celui-ci ait été épargné !)

A l'heure qu'il est tu es peut-être déjà repartie...Je te souhaite de très belles aventures !

(Boyhood...Je vais me faire taper sur les doigts mais tant pis...: à mon avis ça peut trèèès très bien attendre...)

Ah et le commentaire de G. - et ta réaction - m'ont beaucoup fait rire : )

4 août 2014 02:50  
Anonymous Marie said...

J'ai découvert que 'Strawberry Fields Forever' était la Face A d'une autre Face A ('Penny Lane'), que Wikipedia décrit comme une 'compétition interne' au sein du même 45 tours. Cette question de fille Face B est vraiment un problème de fond... C'est bon le temps des vacances, des sensations qui prennent le temps, belle nouvelle aventure !

4 août 2014 12:54  
Anonymous sylvie said...

Pour ce soir, c'est une glace en bâtonnet vanille - amande recouverte d'une croute de chocolat craquante et le genou de Claire sur Arte, c'est te dire si les vacances se mettent joliment en place.

4 août 2014 16:35  
Anonymous Ann ie said...

C'est triste à dire, mais mon été est déjà fini (pour moi il est plutôt couleur eau de pluie)! pas grave, je lirai le tien avec plaisir :) merci pour ces jolies couleurs, ta photo est vraiment très chouette!

4 août 2014 21:03  
Anonymous Anonyme said...

C'est sympa Biarritz

4 août 2014 21:34  
Anonymous patoumi said...

Tin of tea: et moi je te lis en secret et en silence parce qu'on ne sait pas trop quoi dire une fois qu'on a lu tes mots à toi, et qu'on devine parfois les larmes tout près du sourire. Je te souhaite un bel été, avec plein de comté sur la baguette et la purée d'amandes (un truc que je vais tester dès que je vais rentrer :))

Florence: vous avez prévu de venir à Rennes ? Dites m'en plus !

Eve Away: bah en fait les Cahiers aiment bien Boyhood alors j'étais curieuse ! Même si parfois je ne comprends pas du tout leur choix !

Marie: j'aimerais bien trouver sur mon chemin un english breakfast, ce qui ne s'est pas encore produit pour l'instant !
J'ai évidemment raconté cette histoire de Strawberry Fields à G. Il a beaucoup ri : "Non mais c'est vraiment passionnant votre truc là !"

Sylvie : j'envie beaucoup mon amie Claire qui a son prénom dans le titre d'un film de Rohmer. Très bonnes vacances !

Ann ie: c'est une ancienne photo de Biarritz que j'avais prise avec la chambre instantanée accolée au Diana mais elle ne marche plus maintenant :(

Anonyme: oui !

5 août 2014 22:28  
Anonymous clemence said...

une (très) petite lecture pour tes vacances
http://www.lemonde.fr/festival/article/2014/08/05/28-mai-1999-vincent-delerm-signe-son-premier-article-dans-le-monde_4466916_4415198.html?xtmc=delerm&xtcr=1

6 août 2014 09:51  
Blogger patoumi said...

Clémence: merci, vraiment, parce que ça fait beaucoup de bien de lire ça quand on est dans un pays où vraisemblablement personne ne connait Vincent Delerm :)

8 août 2014 23:08  
Anonymous clémence said...

Quel pays de barbares ?! ;-)

12 août 2014 19:52  
Anonymous Marie said...

As-tu finalement trouvé un Full English Breakfast sur ton chemin ? Quel goût avait-il ?

(Sans ton billet, cette histoire de concurrence entre faces d'un 45 tours n'aurait eu aucun sens pour moi, c'est ça qui est toujours étrange, drôle, avec les histoires, les mots qu'on apprend et qu'on réentend parfois mille fois après...)

Hier matin, j'ai remis France Inter pour la 1ère fois depuis des semaines, sans doute un peu d'acclimatation à 3 jours de notre retour... et à 7:58 heure anglaise, Vincent Delerm a chanté "Il est liiiibre Max", c'était vachement bien comme retrouvailles avec les ondes françaises, je dois avouer.

Belle suite d'été !

15 août 2014 08:40  
Blogger Julie said...

Boyhood est un très beau film, tout en longueur, tout en douceur. J'espère que tu aimeras respirer à l'unisson avec.

17 août 2014 22:57  
Blogger patoumi said...

Clémence: oui, je ne sais pas comment ils font ! :)

Marie: ce commentaires m'a laissé un sourire aux lèvres une bonne partie de la journée quand je l'ai lu. Pourtant, toujours pas de Full English Breakfast pendant ces vacances, mais pas mal de granola avec plein de fruits rouges dedans, des crêpes à la confiture et des tartines de fromage. Le thé, en revanche, était imbuvable à peu près partout.
Merci pour tes billets londoniens, ils vont me manquer !

Julie: je suis dépitée. Il n'y a plus ni Boyhood ni Sunhi dans les cinémas rennais. Mais je n'ai pas dit mon dernier mot et j'espère bien les voir !

25 août 2014 00:29  
Anonymous Marie said...

Londres nous manque sacrément. Mais habiter à 20 km d'un supermarché briton (bénis soient les expats anglo-saxons à Luxembourg) nous aide pas mal pour l'acclimatation. Et puis, j'ai 3 passages sous la Manche prévus avant la fin de l'année... Alors ouf :-)

Un pub à Rennes pour assouvir ta curiosité fullenglishbreakfastesque ?

25 août 2014 12:09  
Blogger patoumi said...

Maire: je ne veux pas aggraver le cas de Rennes (la ville où les librairies ferment les unes après les autres, où il n'y a pas de restaurant japonais décent, où l'art est relégué loin derrière le sport etc) mais il n'y a pas de pub fréquentable :(

8 septembre 2014 23:04  

Enregistrer un commentaire

<< Home